Choisissez votre emplacement:

Pays

Veuillez choisir une langue:

  • Allemand / German
  • Anglais / English
  • Allemand / German
  • Anglais / English
  • Français / French
  • Allemand / German
  • Anglais / English

Dix questions que les artisans devraient se poser avant d'automatiser

Les robots produisent une qualité constante à un prix calculable. Pourtant, de nombreuses entreprises artisanales ne savent toujours pas si elles doivent automatiser. Werner Hampel en fait sans cesse l'expérience : Le cofondateur de l'Association allemande de robotique explique donc les dix questions que les entreprises devraient se poser dès le départ.


Simple, contrôlable et abordable - telles sont les caractéristiques exceptionnelles de l'automatisation. Mais de nombreuses entreprises artisanales en Allemagne ont encore peur de s'engager dans cette voie. Werner Hampel connaît ces craintes. Il est entrepreneur dans le domaine de la robotique depuis 30 ans : " Nous recevons beaucoup d'appels d'entreprises artisanales qui nous disent : " J'ai une étape de travail où je pourrais très bien imaginer un robot ". Mais ensuite vient toujours la même question de suivi : Puis-je le programmer moi-même ? Et combien cela va-t-il me coûter ?" Mais ce ne sont pas les seules questions auxquelles il faut répondre.
Werner Hampel est un entrepreneur dans le domaine de la robotique depuis 30 ans. Il est également cofondateur de l'Association allemande de robotique.

Avec dix questions pour l'automatisation de l'entreprise artisanale

  • Question 1 : Dois-je automatiser ? L'expert déclare à ce sujet : "Certains ont le courage de s'engager dans cette voie." Et aussi en général, de nombreuses entreprises devraient y réfléchir : Si elles ne commencent pas bientôt à s'automatiser, elles risquent tôt ou tard de ne plus exister.
  • Question 2 : Qu'est-ce que je veux automatiser ? Les robots conviennent aux travaux que les autres employés de l'entreprise n'aiment pas faire. "Je cherche donc le travail pour lequel l'automatisation sera le plus rapidement rentable", conseille Hampel. "Un robot ou une cellule de fabrication complète de KUKA convient pour cela. C'est là que je commence et que j'acquiers ma première expérience."
  • Question 3 : Qu'est-ce qui est techniquement et financièrement faisable ? Cela inclut des points tels que "Quel budget ai-je pour un robot ?" et "Quel travail est réalisable ?"
  • Question 4 : Quel robot/cellule est-ce que je veux ? "KUKA propose des cellules prêtes à l'emploi, il faut donc aussi se demander si l'on a vraiment besoin d'un seul robot", explique Hampel. Pour ce faire, les entreprises artisanales doivent savoir où le robot ou la cellule doit se trouver plus tard et quels sont les avantages de ces deux variantes. En tant qu'interlocuteur, KUKA peut aider les entreprises par ses conseils.
  • Question 5 : De quelle infrastructure ai-je besoin dans l'usine ? Comme dans la question précédente, l'emplacement du robot ou de la cellule est très important pour une opération. La question principale ici est l'espace nécessaire. Les cellules de KUKA peuvent mesurer jusqu'à 10 mètres de long et 8 mètres de large, mais elles peuvent aussi être beaucoup plus petites. KUKA peut également vous aider dans le choix de l'emplacement.
  • Question 6 : Ai-je besoin d'un (autre) partenaire ? Une fois que l'artisan s'est définitivement décidé pour un robot ou une cellule, on peut également répondre à la question de savoir s'il a besoin d'un partenaire système ou s'il peut s'adresser directement à KUKA. Cela dépend toujours du cas individuel.
  • Question 7 : De quelle formation ai-je besoin ? "Si une entreprise se décide pour une cellule, les employés peuvent démarrer après trois à quatre jours de formation sur place par KUKA Service", explique le consultant en automatisation. Pour des solutions plus personnalisées, une formation peut être nécessaire, ce qui prend un peu plus de temps.
  • Question 8 : Comment un collègue robot et mes employés peuvent-ils s'entendre ? "Un robot rend une entreprise très attrayante, y compris pour les travailleurs qualifiés et les stagiaires", explique M. Hampel. Dans le même temps, l'acquisition d'un robot ne signifie pas que les employés doivent être licenciés. Bien au contraire : "Le robot soulage la main-d'œuvre et offre la possibilité de s'occuper d'autres travaux à valeur ajoutée et créatifs."
  • Question 9 : recevrai-je un financement ? Cela varie d'un État à l'autre. "En Bavière, la subvention a actuellement expiré, mais elle reviendra. À Berlin, par exemple, j'ai eu un client qui a pu financer 50 % de son robot grâce aux subventions", explique M. Hampel.
  • Question 10 : à quel moment le robot/cellule est-il rentabilisé ? De nombreuses entreprises artisanales pensent qu'elles ne seront pas en mesure de réunir les fonds nécessaires. Mais les coûts d'investissement d'une cellule de soudage KUKA fonctionnant en deux équipes, par exemple, peuvent être amortis en 17 mois environ - en tenant compte de la valeur résiduelle et du retour annuel moyen sur investissement.

 

Ce n'est que lorsque ces questions fondamentales auront été clarifiées que les entreprises artisanales pourront se lancer dans l'automatisation. Hampel résume : "Celui qui répond déjà par l'affirmative à la première question a franchi une étape importante." Pour les autres questions, les entreprises peuvent s'appuyer sur le savoir-faire de KUKA.

 

Les cellules robotisées peuvent faire toute la différence : elles soulagent les artisans des tâches ennuyeuses et peuvent fournir une qualité constante 24 heures sur 24.
Sur l'auteur:
Sebastian Schuster
Responsable mondial des relations publiques
En savoir plus sur Sebastian Schuster
Article suivant

Cela pourrait également vous intéresser

Ce site internet utilise des cookies (en savoir plus) afin de vous proposer le meilleur service en ligne. Si vous continuez à utiliser notre site internet, nous n’aurons recours qu’aux cookies techniquement nécessaires. Si vous cliquez sur « OK et découvrir KUKA », vous acceptez en plus l’utilisation de cookies de marketing. En cliquant sur « Paramètres des cookies », vous pouvez sélectionner le type de cookies employé.

Réglages des cookies