Exercice 2019

Le groupe KUKA reste stable malgré un marché en situation difficile - amélioration du résultat et marge brute d’autofinancement positive

26 mars 2020

  • L’EBIT augmente de 39,4 % par rapport à 2018 pour atteindre 47,8 millions d’euros. La marge EBIT augmente pour atteindre 1,5 % (2018 : 1,1 %)

  • Free Cashflow positif pour la première fois depuis trois ans (20,7 millions d’euros) et augmentation du Cashflow opérationnel pour atteindre 214,5 millions d’euros (2018 : -48,2 millions d’euros)

  • Conjoncture affaiblie sur les marchés principaux : recul de 3,5 % de la rentrée de commandes, le chiffre d’affaires baisse légèrement de 1,5 % pour atteindre 3 192,6 millions d’euros

  • 500 millions d’euros d’investissements dans la recherche et le développement au cours des trois prochaines années

  • Peter Mohnen, directeur général : « Nous sommes de retour dans la course. Cependant, avec le coronavirus, de nouveaux obstacles restent à surmonter. »

Aujourd’hui, KUKA, le spécialiste de l’automatisation d’Augsbourg, a présenté ses chiffres d’affaires. Peter Mohnen, directeur général s’était déjà prononcé au préalable au sujet de la pandémie de coronavirus. « En fait, nous étions préparés à un autre scénario pour aujourd’hui. Mais la pandémie nous touche et nous affecte. », déclare le président-directeur général. Celui-ci a loué la solidarité de ses employés et a sollicité de la reconnaissance envers les médecins et les infirmiers dans le monde entier. À présent, pour KUKA, il s’agit de maîtriser les nouveaux défis et d’« être prêts pour la période qui va suivre la crise du coronavirus ».

Le fait que KUKA ait pu se stabiliser et améliorer nettement ses résultats au cours du dernier exercice aura un effet bénéfique. « 2019 a été une année de changements profonds. Nos clients ont investi avec plus de circonspection, du fait des défis économiques et de l’évolution technologique ainsi que des nouvelles impulsions dans l’industrie automobile », déclare Peter Mohnen. « Chez KUKA, nous avons réagi rapidement à la modification des conditions générales : en prenant les bonnes mesures, nous avons obtenu un meilleur résultat malgré des recettes plus faibles. Nous avons amélioré notre Free Cashflow de plus de 200 millions d’euros par rapport à 2018. Nos valeurs sont donc positives pour la première fois depuis 2015. « Nous sommes de retour sur la bonne voie. Cependant, avec le coronavirus, de nouveaux obstacles restent à surmonter. »

En 2019, les marchés principaux en pleine croissance tels que le commerce électronique / de détail et les biens de consommation ont eu un effet positif sur le secteur intralogistique de Swisslog, la filiale de KUKA. Cependant, l’environnement économique est resté tendu, en particulier dans les secteurs automobile et électronique ainsi qu’en Europe et en Chine. C’est la raison pour laquelle la rentrée de commandes et le chiffre d’affaires de KUKA, le spécialiste de l’automatisation d’Augsbourg, a reculé par rapport à l’année précédente.

Pour 2020, KUKA prévoit que le marché reste en situation difficile, phénomène accentué par la crise du coronavirus. « La pandémie soumet notre société ainsi que l’économie à des défis d’un tout nouvel ordre. Nous le ressentons également chez KUKA, tout autour du globe », déclare Peter Mohnen. « Mais je suis fier de voir que nos employés restent solidaires en ces temps difficiles. Ensemble, nous travaillons pour traverser cette crise et, pour ce faire, nous bénéficions d’une situation de départ stable. »

Le directeur général a souligné qu’au lieu de discuter au sujet de la situation du marché, il était important, en ce moment, de bien choisir la voie à suivre à l’avenir. Au cours des trois années à venir, KUKA prévoit des investissements d’environ 500 millions d’euros dans la recherche et le développement afin de promouvoir les innovations. Ce faisant, chaque secteur focalise ses innovations activement sur des domaines de croissance. L’objectif est d’élargir le business sur de nouveaux marchés, logiciels et services numériques. Simultanément, KUKA met l’accent sur le thème de la durabilité et veille à préserver les ressources de façon encore plus ciblée lors des améliorations de ses gammes de produits et à réduire la consommation en énergie dans ses propres installations ainsi que dans les installations des clients.

Ainsi, par exemple, le nouveau robot KR IONTEC se distingue par une consommation d’énergie réduite, de faibles coûts d’exploitation et peu de maintenance. « Grâce à de nombreuses années d’expertise sur différents marchés, KUKA est en mesure de proposer des produits préservant les ressources, des solutions et des services numériques intelligents en cette époque de changement numérique et sociétal. », explique Peter Mohnen. « De ce fait, nous sommes un partenaire fiable et fort pour nos clients, en particulier dans les périodes difficiles. »

Résultats financiers 2019 - groupe KUKA

Lors de l’année de référence, le groupe KUKA enregistrait un recul de 3,5 % de la rentrée de commandes pour atteindre 3 190,7 millions d’euros (comparaison avec 2018 : 3 305,3 millions d’euros). Les recettes ont légèrement diminué de 1,5 % pour atteindre 3 192,6 millions d'euros (2018 : 3 242,1 millions d’euros). Au cours de l’exercice 2019, le ratio book-to-bill était de 1,00 et est donc légèrement inférieur par rapport à l’année précédente (2018 : 1,02). Les valeurs à partir de 1,00 indiquent un bon volume de travail et sont synonyme de croissance.

Malgré un marché en situation difficile, l’EBIT a nettement augmenté pour passer de 34,3 millions d’euros en 2018 à 47,8 millions d’euros pour l’exercice en cours. KUKA a réagi rapidement à la modification des conditions générales et a lancé d’amples mesures en matière d’efficacité dès janvier 2019. Ceci a permis d’améliorer grandement la structure de coûts, en particulier dans les fonctions centrales. La marge EBIT a augmenté de 1,1 % pour atteindre 1,5 % en 2019.

Le 31 décembre 2019, le nombre d’employés de KUKA était de 14 014 (année précédente : 14 235). Le programme d’efficacité lancé début 2019 englobait également la suppression de 350 postes de façon socialement acceptable sur le site d’Augsbourg. Ceci a été achevé à la fin de l’année.

Systems

Dans le domaine d’activité Systems, responsable de la construction d’installations dans le secteur automobile avant tout, les rentrées de commande ont diminué : elles sont passées de 959,8 millions d’euros en 2018 à 858,0 millions d’euros lors de l’année de référence. Ceci représente un net recul de 10,6 % et reflète la réserve tangible des clients lors de l’attribution de marchés. La tendance axée sur la technologie, dans le secteur automobile, vers la transformation de lignes de fabrication existantes au lieu de la mise en œuvre de nouvelles installations a entraîné une grande réduction de la taille du marché. Cependant, les chiffres d’affaires (925,4 millions d’euros) sont restés au même niveau que 2018 (925,4 millions d’euros). Les chiffres d’affaires de ce volume de commandes plus faible ont pu être compensés par le lancement de la production chez KTPO (KUKA Toledo Production Operations in Ohio/USA). En 2019, le ratio book-to-bill a diminué par rapport à la période de l’année précédente pour passer de 1,04 à 0,93. L’EBIT s’élevait à 26,9 millions d’euros, ce qui était inférieur de 8,8 % à la valeur de 29,5 millions d’euros de l’année précédente. Le résultat a été affecté par le faible volume de commandes ainsi que par la dégradation des projets en Europe. La complexité élevée de ces projets a entraîné des retards dans le traitement des projets, ce qui a provoqué des frais supplémentaires. La marge EBIT a baissé de 3,2 % pour atteindre 2,9 % pour l’exercice en cours.

Robotics

Au cours de l’exercice 2019, le domaine d’activité Robotics a réalisé des rentrées de commandes s’élevant à 1 037,1 millions d’euros, ce qui représentait un recul de 13,3% par rapport à l’année précédente (2018 : 1 196,5 millions d’euros). Le chiffre d’affaires a diminué de 7,1 % pour atteindre 1 159,2 millions d'euros lors de l’année de référence (2018 : 1 247,3 millions d’euros). Du fait de la situation difficile prolongée dans laquelle se trouve l’économie mondiale, les clients restent prudent lors de l’attribution de marchés. Le ratio book-to-bill était de 0,89 (2018 : 0,96). Le faible volume de commandes ainsi que le développement tendu de l’économie depuis des années dans une partie du domaine d’activité Robotics ont eu une influence négative sur le résultat. La partie du domaine d’activité nommée ici fournit des solutions de fabrication automatisées telles que des cellules et des machines spéciales dans le monde entier. En septembre 2019, KUKA a annoncé une restructuration à cet effet, qui a réduit l'EBIT de l'année de référence d'un faible montant à deux chiffres en millions d'euros. L’EBIT du domaine Robotics s’élevait à 37,7 millions d’euros après 80,9 millions d’euros lors de l’année précédente. La marge EBIT correspondante était également de 3,3 %, inférieure à la valeur de 6,5 % de l’année précédente. L’année précédente, quelques dizaines de millions d’euros provenant de la vente de parts de la société ont eu un effet positif sur l’EBIT.

Swisslog

Le secteur intralogistique de Swisslog a enregistré une forte hausse des rentrées de commandes : 24,8 % pour atteindre 750,2 millions d'euros après 601,1 millions d’euros pour l’exercice 2018. Cette hausse a pu être réalisée grâce à la réalisation conséquente de la stratégie de croissance. Swisslog profite toujours de la demande mondiale élevée de la part de clients sur ses marchés principaux que sont le commerce électronique / de détail et les biens de consommation. Les recettes s’élevaient à 600,0 millions d’euros, ce qui était inférieur de 1,2 % par rapport au niveau de l’année précédente : 607,1 millions d’euros. Le ratio book-to-bill est passé à 1,25 (2018 : 0,99). L’EBIT a sensiblement augmenté : 10,5 millions d’euros après -0,2 millions d’euros lors de l’année précédente. La marge EBIT est passée à 1,8 % après 0,0 % en 2018.

Swisslog Healthcare

Les rentrées de commandes chez Swisslog Healthcare s’élevaient à 251,3 millions d’euros en 2019, ce qui était supérieur de 7,2 % par rapport au niveau de l’année précédente : 234,5 millions d’euros. Il a été possible d’obtenir plus de commandes dans ce domaine, en particulier dans le secteur Pharmacy Automation ainsi que dans celui de Transport Automation. Les rentrées de commandes réalisées pendant la période de référence s’élevaient à 222,3 millions d’euros, ce qui était supérieur de 4,4 % par rapport au niveau de l’année précédente : 212,9 millions d’euros. Cette hausse est attribuée en particulier aux domaines Pharmacy Automation et Transport Automation. Le ratio book-to-bill s’est amélioré en conséquence : il est passé de 1,10 en 2018 à 1,13 en 2019. L’EBIT était de -10,0 millions d’euros après -4,7 millions d’euros lors de la période de référence de l’année précédente. Ceci correspond à une marge EBIT de -4,5 % (2018 : −2,2 %). La réduction est attribuée, entre autres, à des effets uniques. En outre, la dégradation de projets de clients en cours ainsi que des dépenses pour R&D ont porté préjudice au résultat. Swisslog Healthcare a poursuivi ses investissements dans les développements de logiciels et élargi sa gamme de produits afin de renforcer sa base de clients.

Chine

Le secteur de la Chine a atteint des rentrées de commandes de 456,4 millions d’euros en 2019. Cela représente un net recul de 14,8 % par rapport à la valeur de l’année précédente (2018 : 535,9 millions d’euros). En Chine, la réserve des clients se fait sentir lors de l’attribution de marchés du fait des développements de la politique commerciale et des insécurités au niveau mondial, en particulier dans l’industrie automobile et électronique. Les recettes ont diminué de 13,2 % pour passer de 527,9 millions d'euros à 458,2 millions d’euros. Ceci est le résultat de faibles rentrées de commandes. Cependant, il a été possible de maintenir la stabilité des parts de marché alors que le marché des robots industriels connaissait un recul temporaire. En 2019, le ratio book-to-bill est resté stable à 1,00 (2018 : 1,02). L’EBIT s’élevait à 3,6 millions d’euros lors de l’année écoulée (2018 : −5,4 millions d’euros). Ceci correspond à une marge EBIT de 0,8 % (2018 : −1,0 %). Malgré des conditions générales difficiles, la marge a pu être légèrement améliorée par rapport à l’année précédente et était légèrement positive à la fin de l’année. La croissance est due, entre autres, aux effets positifs du changement de méthode de consolidation lors du premier trimestre 2019. Une filiale chinoise a été déconsolidée et, en contrepartie, une mise en équivalence de 50 % a été réalisée. La réserve des clients lors de l’attribution de marchés a eu un effet négatif sur le développement des marges.

Perspectives pour 2020

Les effets de la crise du coronavirus sur les résultats prévus ne peuvent pas être estimés actuellement. C’est pourquoi il n’est actuellement pas possible de faire des pronostics quant au chiffre d’affaires et aux résultats. Ceci a déjà été mentionné dans le rapport d’activité. KUKA est à la manœuvre et se prépare pour la période qui suivra la pandémie de coronavirus. Le groupe compte parmi les meilleurs pour les thèmes sur lesquels la pandémie a mis l’accent : services en ligne et numériques, logistique, automatisation avec des robots et l’ensemble du domaine Healthcare.

Télécharger les nouvelles

Réglages des cookies OK et découvrir KUKA

Ce site internet utilise des cookies (en savoir plus) afin de vous proposer le meilleur service en ligne. Si vous continuez à utiliser notre site internet, nous n’aurons recours qu’aux cookies techniquement nécessaires. Si vous cliquez sur « OK et découvrir KUKA », vous acceptez en plus l’utilisation de cookies de marketing. En cliquant sur « Paramètres des cookies », vous pouvez sélectionner le type de cookies employé.

Réglages des cookies