Un robot de test de dépistage du coronavirus dans la lutte contre le virus

Pipetage de prélèvements pharyngés de personnes potentiellement atteintes du coronavirus - une tâche pour les robots. Pour être plus précis, pour un LBR iiwa de KUKA qui assiste le personnel de laboratoire de l’hôpital Bulovka, à Prague. Sans masque, mais infatigable.

24 juin 2020

Un robot de test de dépistage du coronavirus en service ininterrompu dans la lutte contre le virus

Pour plaisanter, les employés lui ont donnée le surnom « Pipeťák », « pipette » en français. Le surnom du robot léger LBR iiwa à l’hôpital Bulovka de Prague décrit assez fidèlement la tâche effectuée depuis la mi-mars par le robot de test au laboratoire de la clinique. À l’aide d’une pipette et d’une balance industrielle, le robot mélange les prélèvements naso-pharyngiens de patients avec une solution révélant le génome du coronavirus. Si le test est positif, cela signifie que le patient est infecté par le coronavirus. Environ 300 à 400 échantillons passent quotidiennement par le laboratoire. Aux pics de la pandémie, lors de son irruption, le personnel du laboratoire analysait jusqu’à 670 échantillons par jour.
Les échantillons prélevés dans la cavité buccale et naso-pharyngienne sont analysés par le laboratoire de l’hôpital Bulovka pour y détecter le génome du coronavirus.
Les employés du laboratoire se chargent uniquement de placer les échantillons sur le plateau et le robot de test de dépistage du coronavirus, le LBR iiwa de KUKA, effectue le pipetage.

Le robot KUKA utilisé pour lutter contre le coronavirus travaille plus minutieusement que l’homme pourrait jamais le faire

L’utilisation du robot de test a nettement simplifié le déroulement des tests. À l’aide d’une pipette, le robot de laboratoire KUKA « Pipeťák » ajoute un produit chimique aux échantillons, les uns après les autres. Avec une balance industrielle intégrée, il vérifie ensuite si la quantité correcte de liquide a été ajoutée. Le pipetage exige de grandes précautions », déclare Lenka Richterová, du service de microbiologie clinique de l’hôpital. « Lorsque le robot effectue le pipetage, il réduit considérablement le risque d’erreurs. Le robot de test effectue le processus de façon irréprochable et facilite le travail du technicien de laboratoire qui peut se concentrer sur les autres étapes du processus. »

Le bras du robot utilisé sans interruption pour les tests corona

Le robot KUKA utilisé pour lutter contre le coronavirus peut effectuer le pipetage de 700 échantillons par jour, sans fatigue et sans masque. Pour l’hôpital, Pipeťák est un doublement intéressant au niveau du soulagement qu’il procure. L’institut d’informatique, de robotique et de cybernétique (CIIRC) de l’école polytechnique de Prague (CTU) met le robot gratuitement à disposition. En 14 jours seulement, de la première réunion de planification jusqu’à la première utilisation au laboratoire, les chercheurs et les étudiants de l’école supérieure, sous la direction du professeur Václav Hlaváč, ont conçu l’assistant mécanique, l’ont configuré avec une pipette et une balance guidée par ordinateur et l’ont programmé pour le pipetage des échantillons. Le robot de laboratoire KUKA travaille à présent inlassablement pour lutter contre le coronavirus depuis début avril.
Échantillon par échantillon, le robot de test de dépistage effectue le pipetage avec un produit chimique pour détecter le coronavirus.

Le robot de test a réduit considérablement le risque d’erreurs lors du pipetage manuel des échantillons.

Lenka Richterová, du service de microbiologie clinique de l’hôpital Bulovka de Prague
Réglages des cookies OK et découvrir KUKA

Ce site internet utilise des cookies (en savoir plus) afin de vous proposer le meilleur service en ligne. Si vous continuez à utiliser notre site internet, nous n’aurons recours qu’aux cookies techniquement nécessaires. Si vous cliquez sur « OK et découvrir KUKA », vous acceptez en plus l’utilisation de cookies de marketing. En cliquant sur « Paramètres des cookies », vous pouvez sélectionner le type de cookies employé.

Réglages des cookies