Recherche

Le robot pour passagers KUKA se charge, entre autres, de tâches pour l’étude de la perception sensorielle et cérébrale.

Simulation sylvicole proche de la réalité avec le KR 500 TÜV 

Le robot pour passagers KUKA dans les instituts de recherche et de développement

Une grande enveloppe d'évolution, la cinématique ouverte, des adaptations individuelles, une alimentation en fluides flexible et une commande intuitive : voilà quelques points positifs qui font du robot pour passagers KUKA le premier choix pour effectuer des recherches concernant les perceptions sensorielles et cérébrales.

Là où un hexapode (plate-forme Stewart) ne convient pas du fait de la limitation de sa plage de déplacement, le robot pour passagers KUKA fait parfaitement l’affaire. Ainsi, la représentation de déplacements et d’accélérations est énormément augmentée grâce à la grande plage de rotation de l’axe 1 et aux axes A4 et A6 à rotation sans fin. Quand des solutions courantes ne suffisent plus, le robot KUKA répond aux exigences élevées des instituts de recherche grâce à des solutions spéciales. 

Sylviculture numérique avec le KR 500 TÜV

L’époque de la hache en tant qu’outil de sylviculture est révolue depuis longtemps. Dans le domaine de la sylviculture professionnelle, le son de la tronçonneuse retentit de moins en moins dans les bois.

Pour l’exploitation de grandes forêts, le Harvester, ou l’abatteuse en français, est devenu la ressource mécanique courante. La machine sur roues ou sur chenilles se charge de l’abattage, de l’élagage, de la coupe et le tri et la récupération des différents éléments de l’arbre.

Entraînement dans le simulateur

Depuis le début du 21e siècle, la formation de conducteur / conductrice d’engins forestiers est plutôt courante. Un conducteur d’engin forestier doit apprendre à déplacer jusqu’à cinq axes de grues de façon synchrone et coordonnée afin d’accéder efficacement aux arbres à retirer de puis le layon de débardage sans endommager les arbres avoisinants.

Simultanément, il doit veiller à mener une conduite ménageant les sols et éviter tout endommagement des arbres dans le layon de débardage par les roues du véhicule. Pour ce faire, un robot KUKA KR 500 TÜV est complété avec les composants essentiels d’une cabine de conducteur et d’une possibilité de projection stéréoscopique. Ce système permet d’ouvrir de nouvelles possibilités d’entraînement.

Une cabine de conducteur au robot

L’institut d’interaction homme-machine de l’université technique de Rhénanie-Westphalie d’Aix-la-Chapelle a équipé la cabine de conducteur de tous les éléments de commande et composants de visualisation nécessaires pour une immersion la plus complète possible. Outre une projection en 3D de grande résolution sur la surface de projection en forme de coupole, des écrans tactiles réels et les éléments de commande et pédales typiques d’une machine ont été intégrés. Le système sonore garantit le réalisme auditif.

L’objectif était de perfectionner le feedback haptique pour l’entraînement des conducteurs. À l’aide d’un logiciel spécial, les scientifiques ont réussi à optimiser le guidage des mouvements du robot de façon à obtenir une sensation réaliste de la conduite sur le terrain. Ceci ce base naturellement sur un système garantissant la sécurité intrinsèque du conducteur dans n’importe quel état d’exploitation ou de simulation.

Nous utilisons des cookies afin de vous proposer le meilleur service en ligne. En savoir plus.

OK