Choisissez votre emplacement:

Pays

Profitons du grand air !

La saison des barbecues et des jardins est ouverte. Les cuisines d’extérieur sont très convoités. À Bissendorf, en Basse-Saxe, la start-up « Burnout.kitchen » a révolutionné les plaisirs du barbecue et de la cuisine en plein air en les rendant résistants à toutes les conditions météorologiques. Un robot KUKA est utilisé ici et devient impératif à la production.


Le génome humain comprend 19 969 gènes. C’est une certitude depuis que les scientifiques ont décrypté, en mai 2021, le plan de construction de l’être humain et la propriété de son ADN. Il reste à découvrir lequel de ces gènes pousse l’homme à faire des barbecues et des grillades en pleine nature. Le fait qu’il existe une prédisposition génétique à cela ne fait aucun doute, et pas seulement pour les chercheurs en culture et les historiens. Depuis plus de 300 000 ans, il est prouvé que l’Homo Sapiens a laissé partout dans le monde des témoignages de la préparation des repas sur un feu ouvert et des braises. Les pistes les plus récentes mènent à Bissendorf, dans la région d’Osnabrück. C’est ici que réside, développe et produit la start-up au nom évocateur de Burnout.kitchen.

La start-up « Burnout.kitchen » révolutionne le plaisir du barbecue et de la cuisine

Mélange d’industrie et de manufacture : Un robot KUKA est la « star » de la production

Chaud devant ! Vive le barbecue !

Les fondateurs Thomas Pabst et Daniel Joachimmeyer, tous deux menuisiers et techniciens du bois de formation, ont connu un grand succès dans le secteur de l’ameublement et n’ont pas pu s’empêcher de répondre à l’appel de leur nature profonde : « Nous étions contrariés. Parce que nous voulons faire des barbecues tout le temps. Par tous les temps, par toutes saison. Mais aucun barbecue, aucune cuisine en plein air ne nous a permis de le faire, dans la qualité que nous souhaitons et à un prix que nous sommes prêts à payer. »

Barbecue en plein air : l’équipe Burnout.kitchen a fait de sa passion son métier

Indestructible, résistant aux intempéries et classe

M. Pabst et M. Joachimmeyer ont instinctivement senti qu’ils n’étaient pas seuls au monde, ils ont quitté leurs emplois lucratifs et ont commencé à donner une vie constructive à leur passion intérieure. « Nous avons travaillé très intensivement sur les idées et les matériaux les plus divers, nous avons essayé et rejeté, nous avons rencontré des spécialistes et déniché des fournisseurs qui, comme nous, sont enthousiasmés par l’idée de pouvoir toujours faire des barbecues. » Le résultat est une cuisine d’extérieur modulaire pour tous les goûts et toutes les exigences - avec des unités de réfrigération et de rinçage intégrées, des barbecues au gaz, au charbon de bois ou en céramique, très en vogue actuellement. Tout cela est indestructible, résistant aux intempéries et très stylé - 365 jours par an.

Des cuisines d’extérieur pour tous les goûts et toutes les exigences : les clients ne se voient assigner aucune limite dans l’aménagement de leur cuisine

Du vélomoteur-barbecue au rêve devenu réalité

Est-ce que tout cela n’est qu’une idée farfelue, le spleen de quelques férus de barbecue ? Cela vaut la peine d’étudier le phénomène de plus près. « Nous sommes des enfants des années 80 », dit Daniel Joachimmeyer. « Avant, nous partions avec nos mobylettes à la recherche de l’aventure et du plaisir de la fête. Une mobylette avec une remorque et un barbecue dessus - nous en rêvions. Maintenant, nous avons nos Hercules Burnout.kitchen. » Autant pour la folie. L’idée commerciale Burnout.kitchen des deux fondateurs a toutefois suivi ensuite un cours entrepreneurial clair, qui réunit le développement actuel du marché et du produit et qui inclut la production allant de la manufacture de pièces uniques à la production industrielle (partiellement) automatisée. Le tout sur mesure et selon les commandes des clients, grâce à une vision entrepreneuriale.
Succès sur toute la ligne : une vision entrepreneuriale a permis de transformer une idée commerciale en une entreprise de production automatisée

Construction légère et haute résistance, est-ce possible ?

Au cœur de Burnout.kitchen se trouve un matériau de construction léger, très innovant et indestructible. « Nous avons fait des découvertes sur le matériau dans le secteur automobile. Le matériau des panneaux Renolit Gorcell a une structure interne en polypropylène et est doté d’une solidité à toute épreuve. Ses propriétés lui permettent de résister au vent et à l’eau. Le matériau est résistant aux UV et peut être nettoyé sans problème avec un nettoyeur haute pression. Ajouter un module, même après des années, ne pose aucun problème. Cela ne fonctionnerait pas avec du bois », explique M. Joachimmeyer.
Le matériau des panneaux Renolit Gorcell est innovant, indestructible et résiste à toutes les conditions climatiques

Notre matériau de construction léger ne contient pas de PVC et est entièrement recyclable. Nous et nos clients y attachons une importance particulière. Ceux qui aiment être à l’extérieur et qui veulent y utiliser une cuisine qui durera des décennies ont forcément un rapport particulier et responsable avec la durabilité.

Daniel Joachimmeyer, propriétaire et fondateur de Burnout.kitchen

L’automatisation ouvre la porte à une production évolutive

Une production largement évolutive, axée sur des objectifs de croissance supplémentaires, exige une planification anticipée des machines et leur intégration dans un processus de montage et de logistique bien rythmé. C’est tout à fait dans les goûts de Thomas Pabst en matière d’informatique. Pour Burnout.kitchen, il a automatisé la découpe des panneaux en reliant la commande de l’installation Homag au système ERP de l’entreprise. « Cela nous laisse de la liberté de mouvement pour adapter notre production de manière dynamique à la croissance de l’entreprise. », explique M. Pabst.
Un robot KUKA de la série KR IONTEC se charge des applications de manipulation et de la palettisation des pièces en série

« Nous voulions un robot flexible »

De la découpe, on passe ensuite à la finition des bords. À l’aide d’une buse à air chaud, les chants laser spéciaux sont soudés au panneau dans la cellule de fabrication Homag à 200 degrés Celsius - le tout entièrement sans colle, de façon étanche et résistante aux UV. Pour ce faire, les quatre faces d’un panneau doivent passer devant la ligne de chant dans un processus continu sur un convoyeur à rouleaux. « Un seul employé peut traiter jusqu’à 1 000 pièces par équipe », calcule M. Pabst. Il est assisté par « Emma ». C’est ainsi qu’ils ont appelé chez Burnout.kitchen leur dernière recrue, qui a rejoint l’équipe en octobre dernier : un robot KUKA de type KR IONTEC. « Nous voulions un robot flexible qui offre une enveloppe d’évolution aussi grande que possible dans un espace réduit, dans la catégorie de charge moyenne », explique Daniel Joachimmeyer pour expliquer les exigences en matière de robotique dans la cellule de fabrication Homag. Les coûts devant rester gérables. « Pour nous, en tant que start-up, ce ne sont pas seulement les coûts d’investissement qui comptent, mais aussi les coûts d’exploitation et de maintenance. C’est là que notre robot « Emma », pardon le KR IONTEC, a facilement marqué des points chez nous. »

Manipulation automatisée des panneaux

« Emma » prend le panneau à la fin du traitement des chants et le soulève sur le convoyeur à rouleaux se trouvant du côté opposé, où il est soit ramené au poste de travail pour le prochain revêtement, soit chargé sur le transporteur à la fin du processus pour le montage final. De plus, le KUKA KR IONTEC est utilisé pour la palettisation de pièces en série de même dimension et en grand nombre. « Sans l’utilisation du robot, nous n’aurions pas pu installer cette installation dans notre hall de production »,déclare M. Pabst. Il n’y avait pas assez de place pour un système de convoyeur à rouleaux continu. « En outre , le transfert ’robot-main’ minimise les charges statiques du matériau qui s’accumulent inévitablement à cause des changements de direction des rouleaux et qui sont facilement responsables de l’encrassement gênant des panneaux par des copeaux et de la poussière. »
Avec un préhenseur à ventouses, le KR IONTEC place les panneaux en matériau léger de manière précise et rapide

Tout le monde en pince pour Emma

Mais qu’est-ce qu’elle a de spécial, « Emma » ? Daniel Joachimmeyer se fait un plaisir de lever le voile sur cette énigme : « Tout le monde était d’avis qu’un nouveau collègue avait aussi besoin d’un nom. C’est là que nous avons un peu réfléchi. L’idée est ensuite venue de mon jeune fils. La meilleure amie de ce dernier s’appelle Emma. Ils vont à l’école ensemble et s’amusent beaucoup en jouant ensemble. Emma est toujours là, absolument fiable et énormément travailleuse. Cela correspondait parfaitement. Tout le monde dans l’entreprise trouve Emma géniale. »
Le robot KUKA n’est pas seulement la star de la production, il offre aussi une issue à la pénurie de main-d’œuvre qualifiée

Et les collaborateurs ne sont pas les seuls à le penser. « Quand nos clients regardent la production, ils sont toujours très surpris de voir un robot KUKA ici. "Emma est une véritable star pour eux", se réjouit M. Joachimmeyer. « Nous avons été surpris nous-mêmes. Le mélange d’industrie et de manufacture que nous vivons consciemment chez Burnout.kitchen est un véritable point fort. » Mais le fait que l’automatisation offre à la jeune entreprise une issue à la pénurie de main-d’œuvre qualifiée est tout aussi important. « Notre région est le centre de l’industrie du meuble. Il est de plus en plus difficile de trouver du personnel qualifié. La robotique nous aide à soulager les professionnels des tâches monotones et physiquement pénibles et à leur donner des tâches plus exigeantes et plus variées. C’est gagnant-gagnant pour tout le monde », souligne le directeur de Burnout.kitchen.

Le KR IONTEC combine un design compact avec la plus grande enveloppe d’évolution de sa catégorie pour une utilisation optimale de l’espace et un encombrement réduit

Le pays natal : du matériau léger à la production

Une production aussi efficace que possible, adaptée aux besoins du client, fait partie de l’identité de Burnout.kitchen depuis le début. « Nous développons et produisons en Allemagne. Parce que nous y sommes chez nous. Et parce que nous voulons voir et savoir exactement quels matériaux sont utilisés pour nos cuisines d’extérieur. Un matériau comme l’acier inoxydable, qui est de haute qualité et résistant. Des matériaux de cuisine qui se nettoient facilement et qui résistent à toutes les conditions météorologiques. Ainsi que des systèmes d’extraction que nous avons développés avec l’un des principaux fabricants, spécialement pour une utilisation en extérieur », explique Daniel Joachimmeyer.


Des matériaux de cuisine qui résistent à tous les temps : seuls les meilleurs matériaux sont utilisés, comme les panneaux légers et l’acier inoxydable

Profiter de l’effet cocooning

La pandémie a été une période difficile et menaçante pour l’existence des petites et moyennes entreprises. À fortiori pour les start-ups qui doivent encore trouver leur accès au marché. « Nous avons pu profiter de l’effet cocooning pendant cette période », explique Thomas Pabst. Les voyages de vacances et la gastronomie ayant été annulés, de nombreuses personnes se sont installées plus confortablement chez elles. Il y a eu beaucoup de rénovations et d’investissements dans les jardins et leur équipement. « Nos cuisines d’extérieur ont fait mouche. » En 2020, l’entreprise a déménagé de Bünde à Bissendorf, à 30 kilomètres plus à l’est. Dans cette zone industrielle, un grand fabricant de vérandas avait quitté les lieux pour des raisons de capacité et avait « légué » à Burnout.kitchen, en plus des halls de production, un showroom de 1 800 mètres carrés inondé de lumière.

L’effet cocooning en tant que booster du secteur : de toutes nouvelles possibilités sont apparues, en particulier pour les start-ups et les PME

Le site est une aubaine pour nous. Ici, nous pouvons associer directement le développement et la production, les nouveaux produits innovants et l’expérience particulière de la cuisine en plein air. Le KR IONTEC de KUKA, alias Emma, n’est pas seulement le ’visage’ sympathique de notre production tournée vers l’avenir.

Daniel Joachimmeyer, propriétaire et fondateur de Burnout.kitchen

« Le barbecue est dans nos gènes »

« Grâce à l’automatisation, Burnout.kitchen ouvre également des potentiels entièrement nouveaux et des voies de croissance possibles », explique le fondateur. « Nous faisons bien sûr aussi des barbecues. Avec les clients et lors d’événements ou tout simplement avec les collaborateurs. Tout le monde peut devenir le maître du barbecue », se réjouit-il. « Nous sommes tous un peu fous des barbecues et des plaisirs partagés. C’est exactement pour ça qu’on fait tout ça, c’est dans nos gènes. »
L’équipe de Burnout.kitchen y a pris goût : « Ce n’est certainement pas le dernier robot »

Trouvez des intégrateurs partenaires près de chez vous

Trouvez ici le partenaire adapté à votre secteur ou votre problématique.

Ce site internet utilise des cookies (en savoir plus) afin de vous proposer le meilleur service en ligne. Si vous continuez à utiliser notre site internet, nous n’aurons recours qu’aux cookies techniquement nécessaires. Si vous cliquez sur « OK et découvrir KUKA », vous acceptez en plus l’utilisation de cookies de marketing. En cliquant sur « Paramètres des cookies », vous pouvez sélectionner le type de cookies employé.

Réglages des cookies