Choisissez votre emplacement:

Pays

Veuillez choisir une langue:

  • Allemand / German
  • Anglais / English
  • Allemand / German
  • Anglais / English
  • Français / French
  • Allemand / German
  • Anglais / English

Un tournant : La robotique au service de l'industrie de la mode

Les vêtements durables sont plus demandés que jamais. Mais produire de manière compétitive en Europe tout en répondant rapidement aux tendances éphémères de la mode ne semblait guère possible. Jusqu'à aujourd'hui. Car la robotique fait son entrée dans l'industrie du textile à peine automatisée - et ouvre un nouveau chapitre pour tout un secteur.


Teresa Fischer
30 septembre 2022
Technology
Durée de lecture : 5 minutes

De plus en plus de jeans sont produits équitablement en Europe plutôt que dans des conditions de travail douteuses en Extrême-Orient : La tendance est de rapprocher la production des marchés de vente. Cela permet de gagner du temps et de l'argent, et c'est bon pour l'environnement. Dans sa "Factory for Innovation in Textiles", ou FIT, l'entreprise de mode C&A, par exemple, produit une mode particulièrement durable à l'aide de technologies de pointe. Dans un premier temps, environ 400 000 jeans par an seront produits à Mönchengladbach en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, puis ce chiffre passera à 800 000.

Les producteurs européens de textiles, en misant sur la robotique, gagnent un avantage important par rapport aux concurrents dans les pays à faibles coûts.

Pour la mise en œuvre, C&A collabore, entre autres, avec l'université des sciences appliquées de Niederrhein, l'académie du textile NRW, l'université RWTH d'Aix-la-Chapelle et des start-up telles que robotextile. Après tout, une telle production ne serait pas possible sans les technologies modernes telles que la numérisation et l'automatisation. Nous nous sommes entretenus avec Michael Fraede et Michael Müller, les fondateurs de robotextile, sur l'utilisation de la robotique dans l'industrie textile

En matière d'automatisation, l'industrie de l'habillement et du textile est très en retard sur les autres secteurs. D'où vient cette réticence ?

Fraede : "C'est vrai, l'automatisation n'a guère trouvé sa place dans la fabrication textile jusqu'à présent. De nombreuses entreprises ont peur de l'automatisation et de la programmation et des installations complexes et vraisemblablement coûteuses qui y sont associées. Mais cette attitude est en train de changer, notamment grâce à des robots plus flexibles. L'automatisation est une condition préalable essentielle pour que la production du textile se rapproche à nouveau des marchés de vente et devienne ainsi plus efficace et, surtout, plus durable."

Dans la "Factory for Innovation in Textiles" (FIT), le groupe de mode se concentre sur une technologie innovante, une production neutre en CO2 et une mode plus durable.

Quels sont les défis techniques auxquels vous êtes confrontés lorsque vous souhaitez automatiser la production de vêtements ?

Müller : "Les textiles sont des matériaux extrêmement difficiles. Ils sont souples et flexibles et peuvent donc changer de forme pendant la transformation. Les machines doivent donc s'adapter en permanence au tissu changeant pendant la production - un défi technologique. Nous avons réussi à utiliser de petits robots KUKA agiles et flexibles et des pinces spécialement conçues pour retirer automatiquement les couches de tissu de la pile de coupe et les amener individuellement à l'étape de production suivante, sans ramasser la couche de tissu inférieure dans le processus. Une tâche simple pour les humains, mais une étape difficile et décisive dans l'automatisation de la production textile. Cela n'a jamais été vu sur le marché auparavant."

 

Pour les profanes, à première vue, il ne s'agit que d'une étape de production parmi tant d'autres. Pourquoi l'automatisation de ces activités est-elle si importante pour la relocalisation de la production textile ?

Fraede : "Dans la production habituelle de vêtements, environ 40 % des coûts de main-d'œuvre sont engagés précisément dans des opérations de manutention aussi simples que la pose de poches de pantalon ou de cols avant la couture. Ce travail manuel est monotone pour les employés humains et n'est pas économique pour les entreprises, surtout dans les pays européens où les salaires sont élevés. Si vous voulez ramener la production textile en Europe et produire de manière durable et compétitive, l'automatisation ouvre de nouvelles perspectives. La robotique utilisée intelligemment permet d'obtenir une qualité fiable et constante à des coûts d'exploitation gérables ici - et c'est une véritable opportunité pour la production durable de vêtements."

Sur l'auteur:
Teresa Fischer
Porte-parole Business KUKA 
En savoir plus sur Teresa Fischer
Article suivant

Nous utilisons des cookies

Ce site internet utilise des cookies (en savoir plus) afin de vous proposer le meilleur service en ligne. Si vous continuez à utiliser notre site internet, nous n’aurons recours qu’aux cookies techniquement nécessaires. Si vous cliquez sur « OK et découvrir KUKA », vous acceptez en plus l’utilisation de cookies de marketing. En cliquant sur « Paramètres des cookies », vous pouvez sélectionner le type de cookies employé.

Réglages des cookies